Interview
31 août 2021

L’énergie est la clé de la création de valeur régionale

Depuis son annonce par le ministre fédéral Dr Gerd Müller en 2017, l’initiative « Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique » a lancé de nombreux projets dans neuf pays cibles en Afrique subsaharienne et au-delà. Les deux représentants spéciaux du BMZ pour l’énergie en Afrique, Bärbel Höhn et Josef Göppel, ont un rôle particulier à jouer à cet égard : l’initiative bénéficie de leurs nombreuses années d’expérience politique et d’expertise en matière d’énergies renouvelables auprès des citoyens. Dans cette interview, ils nous parlent de leur engagement bénévole, de la raison pour laquelle l’Afrique rurale ne doit plus rester au point mort en matière d’approvisionnement énergétique, de ce qui distingue l’initiative et de ce qui a été réalisé jusqu’à présent.

L’initiative « Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique » vise à promouvoir un approvisionnement énergétique décentralisé auprès des citoyens des zones rurales d’Afrique subsaharienne. Pourquoi est-ce si important ?

Bärbel Höhn : Dans de nombreux villages africains, les gens doivent recourir aux bougies et au bois de chauffage comme ressources énergétiques, et certains peuvent encore avoir un groupe électrogène diesel à leur disposition. Sans énergie moderne, ils sont privés de développement économique.

Josef Göppel : Par manque de perspectives, de nombreux jeunes partent vers les villes en pleine expansion. L’exode rural intensifie les problèmes des pays et cela a aussi un impact sur nous. À Monnon, un village du Bénin, des jeunes hommes m’ont dit que si notre bétail meurt de faim et que nous n’avons pas d’électricité, nous partirons pour l’Europe.

Bärbel Höhn : Notre richesse économique en Europe est basée sur notre approvisionnement en énergie. Avec une énergie moderne, les Africains pourraient aussi créer des entreprises artisanales et des entreprises commerciales, irriguer leurs champs, sécher les légumes et les fruits, les transformer et ainsi créer des emplois. L’énergie est la clé de la création de valeur régionale et de l’augmentation des revenus. Si nous voulons mettre en œuvre les Objectifs de développement durable, l’objectif 7 (ODD 7 – énergie propre et d’un coût abordable) est l’objectif clé et une condition préalable pour mieux réaliser deux tiers des autres ODD.

Josef Göppel : Cependant, plus de 600 millions d’Africains subsahariens n’ont toujours pas accès à l’électricité. Les régions rurales, en particulier, ne disposent pas d’un approvisionnement énergétique moderne. Cela offre aujourd’hui aux pays africains la possibilité de sauter l’ère des combustibles fossiles et de miser immédiatement sur l’énergie du futur et donc sur les énergies renouvelables. Nous devons promouvoir ce développement.

Pour le compte du BMZ, la GIZ et la KfW mettent en œuvre depuis fin 2018 des programmes visant à atteindre les objectifs d’Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique, un approvisionnement énergétique mené par les citoyens dans neuf pays. Où en est l’initiative actuellement ?

Josef Göppel : Ces dernières années, plus de 100 demandes de projets ont été soumises à Énergie Verte pour les Citoyens dans le cadre du Fonds dédié aux petits projets. Nous soutenons activement 20 d’entre eux financièrement. Nous poursuivons une approche réussie en Éthiopie, par exemple, où le café peut être séché. Il faut savoir que le taux d’humidité doit être de 14 %. Pour cela, il a le prix le plus élevé au kilo. Avec un système de séchage solaire, on peut le régler exactement, mais pas si les gens doivent sécher leur café au soleil comme d’habitude.

Bärbel Höhn : Il est important que nous encouragions de nombreux types de projets et d’approches différents, afin que nous puissions ensuite examiner quelles technologies, quels modèles d’exploitation et quelles approches fonctionnent bien et lesquelles n’ont pas réussi à s’imposer. Un avantage aujourd’hui est que les systèmes photovoltaïques sont bon marché et flexibles, ils peuvent donc être utilisés pour de nombreuses applications. Mais ils doivent également pouvoir être exploités de manière durable. C’est pourquoi nous examinons quels modèles sont adaptés ou non aux différentes régions.

Les coopératives en tant que forme d’organisation ont une longue tradition en Allemagne. Comment cela se passe-t-il en Afrique ?

Bärbel Höhn : Cela varie beaucoup. Dans de nombreuses régions, il existe des approches coopératives, dans d’autres non. Il est judicieux d’arrimer les projets énergétiques aux structures existantes, aux communes, aux coopératives, aux coopérations ou aux modèles locaux. Les systèmes énergétiques décentralisés ont besoin de la participation des populations locales.

Josef Göppel : Dans l’un de nos projets d’eau en Tanzanie, au pied du Kilimandjaro, l’approche coopérative fonctionne très bien ; dans d’autres régions du pays, les gens sont sceptiques à l’égard des coopératives, notamment parce qu’elles leur ont été imposées politiquement.

 Quelles conditions doivent être réunies pour que les projets se concrétisent ?

Josef Göppel : Il doit y avoir la volonté de changement. Un individu peut en être à l’origine, par exemple en installant une pompe à eau solaire et montrant ainsi les bénéfices dans le voisinage. Ou bien les gens sont confrontés à un défi existentiel parce que, par exemple, la rareté du bois de chauffage entraîne des conflits.

Bärbel Höhn : En même temps, les gouvernements doivent fournir les structures nécessaires pour la formation de techniciens et d’artisans du solaire qui peuvent conseiller les gens et installer et entretenir les systèmes. En outre, des normes et des contrôles de qualité sont nécessaires pour garantir que seuls des modules photovoltaïques (PV) et des systèmes solaires de bonne qualité soient commercialisés. Sur les marchés africains, on trouve des modules solaires avec un autocollant de garantie de 20 ans et la mention qu’ils ont été produits en Allemagne, ce qui n’est absolument pas le cas.

Quelles sont les conditions préalables à l’implantation des énergies renouvelables en Afrique ? 

Bärbel Höhn : La volonté politique est une condition préalable. Les gouvernements doivent fournir les structures nécessaires telles que les tarifs d’électricité, les autorisations et l’exploitation des installations décentralisées. Une partie de notre Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique est la formation de techniciens et d’artisans solaires qui conseillent les gens et la promotion d’entreprises locales qui peuvent installer et entretenir les systèmes.

Josef Göppel : La tâche la plus importante est de former suffisamment de jeunes aux énergies renouvelables. Comme l’a mentionnée Bärbel Höhn, ils ont besoin de bonnes conditions cadres pour avoir accès aux nouvelles technologies et pouvoir investir dans la production et la commercialisation de l’énergie dans leur pays d’origine. Ce sont eux, et non nous, qui forment la base d’un approvisionnement durable. Nous pouvons les soutenir dans cette démarche.

Bärbel Höhn : Il est également nécessaire de mettre en place des normes et des contrôles de qualité afin de garantir que seuls des modules PV et des installations solaires de bonne qualité soient commercialisés. Sur les marchés africains, on trouve des modules solaires avec un autocollant de garantie de 20 ans et la mention qu’ils ont été produits en Allemagne, ce qui n’est pas du tout le cas.

Y a-t-il un bon exemple de cela ?

Josef Göppel : Pour moi, un jalon de l’Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique est, par exemple, l’école des artisans de Hai dans le nord de la Tanzanie. La branche professionnelle de l’énergie solaire a été rattachée à l’école professionnelle agricole. Cela pourrait être un modèle pour d’autres aussi, car chaque district a une école professionnelle similaire.

Bärbel Höhn : Au Sénégal, nous fournissons de l’énergie solaire à 600 femmes pour qu’elles puissent moudre leurs céréales et créer de la valeur ajoutée ; en Ouganda, l’irrigation à l’énergie solaire du jardin de formation apporte plus de rendements et de connaissances. Notre objectif est d’utiliser les énergies renouvelables pour créer des emplois, augmenter les revenus des gens et – si possible – rendre les femmes plus autonomes dans le processus. Car nous avons avant tout besoin de la fiabilité des femmes si nous voulons réussir à mettre en place un approvisionnement énergétique décentralisé en Afrique.

Le projet a-t-il entre-temps franchi d’autres étapes ?

Bärbel Höhn : Dans la première phase, nous avons lancé de nombreux projets avec des approches très diverses. Après deux ou trois ans, nous serons en mesure de voir quelles idées font mouche et où nous pouvons agir. Cependant, il n’existe pas d’instruments de financement permettant de déployer les bonnes idées pilotes à grande échelle. En outre, après plusieurs années de négociations, nous sommes maintenant proches de l’objectif de lancer une fondation avec laquelle la banque de développement allemande KfW peut soutenir financièrement de petits projets dans le domaine des mini-réseaux et de l’électrification rurale.

Josef Göppel : Ce succès de Bärbel Höhn montre combien il est important de porter notre cause en politique. En cas de doute, les petits projets citoyens dans le secteur de l’énergie n’ont pas de lobby politique. Les investisseurs et les entreprises sont surtout intéressés par les projets à grande échelle. C’est pourquoi la GIZ, mais aussi la KfW, doivent soutenir mais aussi financer des projets plus décentralisés.

Vous êtes tous deux représentants spéciaux pour l’énergie en Afrique du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et vous soutenez l’Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique. Comment ce projet a-t-il vu le jour ?

Josef Göppel : Depuis 2006, je me rends régulièrement en Afrique. Lors de ma première étape au Kenya, j’ai fait l’expérience de la détresse des habitants des zones rurales et de la pauvreté énergétique. J’ai fait des rapports réguliers au sein du groupe parlementaire CSU et lorsque Gerd Müller, en tant que ministre fédéral du BMZ, a voulu se concentrer sur l’Afrique rurale, je lui ai proposé l’idée de relier les coopératives énergétiques entre l’Afrique et l’Allemagne. Cela a ensuite donné naissance à Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique.

Et quel est le rôle des commissaires à l’énergie ?

Bärbel Höhn : Josef Göppel et moi-même nous engageons depuis de nombreuses années en faveur de l’approvisionnement décentralisé en énergies renouvelables et souhaitons le renforcer auprès de la population. C’est pourquoi nous préconisons également leur participation, par exemple sous la forme de coopératives énergétiques. De nombreuses initiatives couronnées de succès ont été fondées ici en Allemagne, qui comptent désormais aussi des communes autosuffisantes en énergie.

Josef Göppel : Nous avons maintenant plus de 900 coopératives énergétiques en Allemagne. Elles ont connu des moments difficiles ces dernières années, notamment en raison de la politique fédérale. J’ai critiqué à plusieurs reprises ce manque de soutien, car avec les coopératives de citoyens, nous favorisons la création de valeur au niveau local. À mon avis, il s’agit là d’une préoccupation conservatrice originale et également intéressante pour les communes et communautés villageoises africaines. C’est pourquoi je ne m’engage pas seulement pour l’énergie citoyenne en Allemagne, mais aussi en Afrique.

Dans quelle mesure les expériences faites en Allemagne en matière d’énergie citoyenne peuvent-elles inspirer les initiatives africaines – et vice versa ? Qu’est-ce que les projets africains peuvent mettre en œuvre, et où cela n’est-il pas possible ?

Bärbel Höhn : Nous ne pouvons pas simplement transférer nos modèles réussis en Afrique, mais nous pouvons transmettre le fait que la transition énergétique en Allemagne ne peut réussir qu’avec la population locale, que la coopération entre les partis est extrêmement importante pour la sécurité de la planification et des investissements et le succès à long terme, et que le succès économique est associé à la transition énergétique pour les acteurs.

Monsieur Göppel, vous avez été membre du Bundestag pour la CSU pendant de nombreuses années, et vous, Madame Höhn, avez été ministre de l’environnement et de l’agriculture en Rhénanie du Nord-Westphalie. Comment est née cette coopération inhabituelle, qui fait que vous êtes maintenant tous deux engagés dans Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique ?

Bärbel Höhn : Ce n’est pas si inhabituel. Nous avons tous deux travaillé ensemble au-delà des lignes de parti dans le contexte de la politique des énergies renouvelables. Il y avait aussi une proximité professionnelle avec le ministre Müller. J’étais présidente de la commission de l’agriculture du Bundestag allemand, le ministre Müller était encore secrétaire d’État au ministère de l’agriculture à l’époque.

Josef Göppel : Et nous avons travaillé en étroite collaboration au sein de la commission de l’environnement du Bundestag. Au fil des ans, une telle confiance s’est développée.

Où en sera Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique dans cinq ans ?

Bärbel Höhn : Dans les deux prochaines années, nous nous intéresserons aux pays où, par exemple, la mise en place de réseaux électriques décentralisés dans les villages a fait ses preuves. Il est essentiel que les modèles d’exploitation fonctionnent durablement. Sur la base de ces connaissances, 40, 100 ou 1 000 villages dans des régions appropriées pourront alors être alimentés en électricité et utilisés de manière productive.

Josef Göppel : Notre objectif est de créer la première étincelle pour une multitude d’autres projets. Nous avons besoin d’une masse critique pour que les citoyens en Afrique – comme en Allemagne – croient en l’idée d’un approvisionnement en énergie par leurs propres moyens et reconnaissent les opportunités économiques grâce à des exemples réussis. Politiquement, nous devons soutenir ce développement jusqu’à ce qu’il devienne économiquement autosuffisant. C’est là que la GIZ joue un rôle important, car elle peut promouvoir la décentralisation et le développement de la part des citoyens africains.

Bärbel Höhn : Avec les instruments financiers mis à disposition par la KfW, nous pouvons promouvoir le développement de cette masse critique. À mon avis, la GIZ et la KfW devraient collaborer beaucoup plus étroitement. L’objectif doit être que les Africains reconnaissent l’avantage de l’accès à l’électricité, qu’ils prennent en main leur approvisionnement énergétique et qu’ils soient capables et désireux de le faire.