L’électricité renouvelable améliore les services de santé

Le centre de santé de Gbari est situé à la frontière du Soudan, loin des réseaux électriques. Grâce à la coopération avec GBE, le district peut désormais alimenter en électricité certains de ses centres de santé les plus éloignés. Ceci est non seulement important pour la campagne de vaccination contre le COVID-19, mais aussi pour éviter aux infirmières de nombreux kilomètres inutiles.

Palma Limio travaille comme infirmière auxiliaire au centre de santé de Gbari, dans le district de Moyo, dans le nord de l’Ouganda. En moyenne, une vingtaine de patients se présentent chaque jour au centre de soins ambulatoires, à la recherche de services de santé pour différentes affections – le paludisme et les douleurs abdominales étant les plus courantes. Cependant, en raison de son emplacement extrêmement éloigné, près de la frontière du soudanaise, le centre a été confronté à toute une série de problèmes, selon Palma. N’ayant pas accès au réseau électrique, les patients évitent les services du centre.

Avec le soutien du ‘Fonds dédié aux petits projets‘ d’Energie verte pour les Citoyens (GBE), le gouvernement local du district a pu améliorer la qualité des services de santé à Gbari et dans deux autres centres de santé ruraux du district. Des systèmes d’énergie solaire ont été installé dans ces centre et l’installation de réfrigérateurs solaire destinés aux vaccins suivra sous peu.

Lors du récent événement de lancement, le projet a été accueilli avec enthousiasme par les responsables du district. « La couverture vaccinale dans le district de Moyo est bien inférieure à l’objectif national. Ce projet contribuera à combler ce fossé et à améliorer cette situation« , a expliqué Drama Patrick, le responsable de l’énergie du district de Moyo, dans son discours d’ouverture.

Tout particulièrement dans le contexte de la pandémie de COVID-19, l’électrification des centres de santé est d’une grande importance, a souligné David Vuchiri, directeur administratif adjoint du district de Moyo. « La principale lacune actuelle est l’inadéquation de la réfrigération qui expose les vaccins à un grand risque de détérioration, en raison du manque de stockage approprié. D’où la nécessité d’améliorer la question de l’alimentation électrique constante. L’adoption d’une énergie renouvelable décentralisée nous aidera à gérer la couverture vaccinale dans des zones particulièrement difficiles à atteindre dans le district« .

Grâce à l’alimentation électrique des établissements de santé, Palma et ses collègues peuvent désormais offrir de meilleurs services à leurs patients. « Avec cette énergie solaire, nos agents de santé n’auront plus à parcourir plus de 5 kilomètres pour recharger leurs téléphones et leurs lampes torches, ni à demander aux patients d’apporter des bougies, lorsqu’ils viennent solliciter des services de santé le soir« , a déclaré David Mondo, le commissaire résident du district, dans son discours d’ouverture de la cérémonie. « La réussite de cette étape importante est le résultat du travail d’Energie verte pour les Citoyens (GBE) et du service de planification du district« , a-t-il ajouté.

Après l’événement de lancement, qui a été couvert par les médias locaux, une émission de radio a été organisée pour sensibiliser et éduquer la communauté locale sur l’importance du projet, les avantages de l’utilisation de l’énergie solaire, les services améliorés désormais disponibles dans les centres de santé, et pour présenter les plans d’améliorations des centres à l’avenir.