L’énergie solaire illumine un village et favorise son utilisation productive

Le défi

Les 3 400 habitants d’Amouloko –le village est situé à environ 50 kilomètres au nord-est de Cotonou – vivent presque exclusivement de l’agriculture et cultivent notamment du maïs, du manioc et de l’huile de palme. Aucun des villageois n’a accès à l’électricité. Ils éclairent leurs maisons avec des bougies et des lanternes, les femmes cuisinent avec du bois de chauffage. Il n’y a pas de lumière à l’école, et les villageois ne peuvent pas non plus réfrigérer les vaccins ou les produits agricoles importants. La ligne électrique la plus proche passe à six kilomètres du village, mais les villageois ne peuvent pas payer les frais de raccordement.

L’objectif

Face à ces différents défis, la communauté villageoise a contacté l’organisation non gouvernementale béninoise LU.I.S.E., qui signifie en toutes lettres : Lumière, Information, Santé, Éducation. L’organisation prévoit d’atténuer la pauvreté énergétique de près de 1 800 villageois à l’aide de l’énergie solaire. L’électrification d’un bâtiment communautaire, de la place du marché local et du bâtiment scolaire facilitera, entre autres, l’accès à l’éducation locale. En outre, l’électricité doit être utilisée pour des mesures productives, telles que le fonctionnement de pompes à eau ou le refroidissement et la transformation de produits agricoles. Ces mesures devraient permettre aux habitants de gagner plus et de réduire la pauvreté qui sévit à Amouloko.

Nos partenaires

L’ONG LU.I.S.E a été fondée en 2011 et a pour objectif d’électrifier les régions rurales à l’aide de solutions énergétiques décentralisées et d’assurer le fonctionnement à long terme des installations. Depuis sa création, l’ONG a réalisé divers projets dans ce domaine pour différentes organisations internationales.

La procédure

LU.I.S.E suit une approche participative et, dans la première phase, a discuté des mesures avec la population, les groupes de femmes et les autorités dans le cadre de groupes de discussion et de tables rondes et a décidé des différentes étapes. Dans la deuxième phase, un terrain sera mis à disposition du projet sur lequel sera construit un bâtiment pour l’installation solaire. Ce bâtiment servira également à stocker les équipements communautaires – les villageois envisagent d’acheter un moulin à grains et une presse à huile de palme –  les vaccins seront conservés dans un réfrigérateur et une petite salle de vente sera aménagée pour permettre aux habitants de recharger leurs téléphones portables par exemple. Un prestataire de services externe installera l’installation solaire sur le bâtiment, posera les lignes électriques pour l’éclairage dans l’école et sur la place du marché, et un autre installera une pompe à eau à énergie solaire. LU.I.S.E formera des habitants sélectionnés à la maintenance des différentes installations et soutiendra les habitants dans la mise en place d’activités génératrices de revenus. Dans la troisième phase, la communauté villageoise mettra en place des structures administratives collectives avec l’appui de l’ONG. Celles-ci prévoient que tous les habitants paient une sorte de redevance afin que les installations solaires puissent être exploitées, entretenues et réparées par des professionnels. Dans la quatrième phase, l’ONG évaluera les expériences avec les habitants et remettra l’autogestion à la communauté villageoise au bout de quatre ans.

Région
Commune d’Akpro-Misseréte
Concentration
Utilisation productive et infrastructure sociale
Groupe ciblé
Population locale
Période
01/01/2021-01/01/2025