Les pompes solaires assurent les récoltes, les revenus et les moyens de subsistance dans le nord de la Tanzanie

Là où la pluie se fait plus rare, les pompes à eau à énergie solaire assurent la survie des petits exploitants agricoles. Un exemple en Tanzanie montre comme cette technologie, qui nécessite peu d’entretien, offre de nombreuses possibilités aux populations locales.

Par beau temps, les habitants de Mkombozi, Ngosero et Kilima Mbogo peuvent voir le sommet du Kilimandjaro. Dans le nord de la Tanzanie, ils savent aussi déjà exactement ce que ressent le changement climatique. Il y a encore moins de précipitations que d’habitude et là où les ruisseaux gazouillaient, le sol est de plus en plus sec et poussiéreux. Sans eau en quantité suffisante, les gens ne peuvent pas cultiver leurs champs. La seule alternative possible à la pluie est l’eau souterraine. 

C’est pourquoi l’Énergie Verte pour les Citoyens d’Afrique (GBE) soutient le projet d’irrigation solaire du Climate Action Network Tanzania (CAN-TZ). L’objectif est d’accéder aux eaux souterraines à l’aide d’au moins six pompes à énergie solaire, des installations qui fonctionnent de manière rentable car elles utilisent l’énergie du soleil et ne nécessitent pas beaucoup d’entretien. 

Grâce à ces pompes, environ 6 000 exploitants des trois villages peuvent cultiver environ 970 hectares et irriguer leurs champs toute l’année. Cela présente de nombreux avantages : Les céréales et les légumes ne flétrissent pas. Au contraire, les agriculteurs peuvent augmenter leurs récoltes, vendre les excédents et gagner des revenus plus élevés. Par conséquent ils deviennent plus résistants au changement climatique et à la sécheresse. 

Le projet est mis en œuvre par CAN-TZ en étroite collaboration avec les villageois. Lors d’une réunion du village, le personnel de l’organisation a informé sur le projet et un comité directeur conjoint suit les travaux. Outre les agriculteurs et les membres des groupes d’eau, il comprend également des membres de CAN-TZ et du conseil de district. Ces derniers sont très satisfaits du projet, notamment parce que 60 % des bénéficiaires sont des femmes et des jeunes. 

Le personnel de CAN-TZ ne se contente pas d’installer les pompes à eau solaires, mais forme également des techniciens à l’entretien des systèmes. En outre, ils organisent et forment des groupes d’utilisateurs d’eau.