Formation de formateurs : apprendre les technologies solaires puis les enseigner soi-même

Les enseignants des écoles professionnelles des pays africains partenaires d’Énergie Verte pour les Citoyens apprennent à concevoir, construire et exploiter un réseau d’énergie solaire autonome sur batterie pour les bâtiments dans le cadre du cours de formation continue à Wildpoldsried, en Bavière. Ils transmettront par la suite leurs nouvelles connaissances à de futurs techniciens solaires dans leur pays d’origine.

Douze enseignants africains d’écoles professionnelles d’Ouganda, du Ghana, du Cameroun, d’Éthiopie, de Zambie, du Kenya et du Rwanda ont terminé en début mars le deuxième module du cours de formation professionnelle continue Planning, construction and operation of battery-buffered PV systems. Désormais, ils ne sont pas seulement capables de construire et d’installer eux-mêmes des installations. Ils sont surtout en mesure de transmettre leurs connaissances aux élèves des écoles professionnelles de leur pays d’origine.

La deuxième session du cours a débuté le 12 juin pour douze autres enseignants d’écoles professionnelles des pays partenaires d’Énergie Verte pour les Citoyens (GBE).

Le cours fait partie d’un programme de formation modulaire avec lequel VET4Africa, le village énergétique bavarois de Wildpoldsried et le Centre de formation professionnelle de l’économie bavaroise (BBW) vont former professionnellement en énergie solaire plus de 200 enseignants d’écoles professionnelles des pays partenaires de GBE d’ici octobre. GBE soutient financièrement ce programme.

En combinant les connaissances théoriques, les travaux pratiques et en mettant l’accent sur les concepts pédagogiques et le plaisir de la technique, les professeurs enseignent à leurs collègues africains, en deux modules de deux semaines, les outils qui leur permettront de devenir eux-mêmes des formateurs compétents de techniciens solaires.

Pour pouvoir participer aux cours de présence dans le village énergétique de Wildpoldsried, les formateurs solaires africains ont dû passer un test d’entrée et démontrer lors d’interviews qu’ils étaient les plus adaptés. Ils se sont également engagés à former au moins 30 futurs spécialistes dans leur pays d’origine. Ils continueront à être soutenus sur place. En règle générale, deux professeurs d’école professionnelle allemands des cours de formation continue se rendent en Afrique en tant que mentors auprès de leurs mentorés afin de les aider à mettre en œuvre leur concept de formation.